L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/Imini-gif7/colombe.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Plus la terre contient de formes de vie, plus la vie sous toutes ses formes est protégée.
Frank Herbert  (Le cerveau vert)

Index général du blog clic ici Je vais bientôt le mettre à jour. Mieux vaut passer par les catégories pour l'instant!
 
Index green cosmétique:
clic ici      Idem…


Mon choix cosméto favori parmi les recettes du blog  clic ici

Le blog est transféré ici: http.princesseaupetitpois.ekablog.com

 

Un peu de patience pour le fignolage des détails.

Samedi 16 août 2008 6 16 /08 /Août /2008 23:36
- Publié dans : botanique

Ce ne sont pas les livres sur les plantes médicinales qui manquent. Pour tester leur pertinence, mieux vaut savoir d'où ils tirent leurs informations: compilations, pratique, études sur le terrain…  Tous ne le disent pas…

Cela me semble particulièrement intéressant si par exemple, on veut se lancer dans des  macérations de plantes. Dans l'huile? Dans l'eau? Comment choisir? On ne connait pas toujours les propriétés hydrophyles et/ou lipophiles des végétaux; parfois il y a débat… (je pense par exemple à la centella asiatica). Alors, on essaie de voir ce qui se dit dans les livres, qui se réfèrent notamment à la tradition, sans trop savoir toujours ce que recouvre ce mot. Est-elle fondée sur la transmission d'une pratique? Sur un savoir discrètement enrichi de compilations dans des livres plus ou moins anciens?

L'image “http://mamidoo.free.fr/html/gifs/objets/bureau/bureau_91.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. D'où l'importance de remonter le plus possible aux sources écrites…

Si on regarde la compilation qu'est en train de faire Bluetansy sur son site consacré aux
huiles infusées, on découvre qu'elle recense pas mal d'auteurs anglo-saxons.
 
C'est ce qui m'a donné l'idée de me plonger dans l'un des grands classiques de la phytothérapie britannique, l'herbier de Nicolas Culpeper publié au XVII° siècle (il y a eu de nombreuses éditions, qui différent légèrement).
Pour les fans d'Harry Potter, c'est dans cet herbier que Joanne Rowling a puisé les
noms des herbes magiques…


Le portrait est pris sur le site de la
bibliothèque de  Yale, qui permet de consulter sur internet une version de l'English physician, l'herbier paru du vivant de Culpeper en 1652 (il est mort en 1654 à 38 ans). (Une autre version, plus complète, ici).

Astrologue, herboriste, Nicolas Culpeper soignait les pauvres de l'East end londonien. Ce qui le rend cher à mon cœur, c'est qu'il a rendu accessible  - à tous ceux qui savaient lire… - la
London pharmacopaieia rédigée en latin pour le corps médical (la première liste "officielle" anglaise de médicaments et de formules, qui date de 1618) en traduisant ce texte en anglais. Ce pied de nez aux autorités sema la pagaille, lui valut pas mal d'ennemis d'autant qu'il y apporta sa touche personnelle d'astrologue…

J'ai travaillé à partir de ce que j'avais, un reprint publié dans les années soixante dix (Foulsham &co) du
Complete Herbal (l'une des variantes  du Physician).

L'image “http://mamidoo.free.fr/html/gifs/objets/bureau/bureau_91.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. J'ai donc décidé de relire tout le bouquin pour relever le nom de toutes les plantes utilisées :
- en macération huileuse  (désignée comme "huile", oil en anglais)
-en baume (salve) ou pommade (ointment), ce qui nécessite une matière grasse
-…  frites à la poele (eh oui)
-en cataplasmes (poultice), s'il y a un support huileux.

Magré ma lecture appliquée, j'ai peut être oublié des plantes, et dans un ou deux cas, les indications n'étaient pas claires (je l'indique au passage).
J'ai systématiquement cherché et indiqué le nom français.

On découvre dans cette liste des plantes très connues, d'autres, très rares ou complètement tombées en désuétude.
Comme le texte est accessible sur internet, celles et ceux qui s'intéressent pourront y retrouver les mots mêmes de Culpepper et les formules de son époque.

Les matières grasses utilisées

  *L'huile d'olive (qu'il recommande pour les macérations), ce qu'il appelle de l'huile de salade (sans préciser plus), le beurre, le saindoux (axonge,  hog's grease, qui signifie oing en vieux français, c'est à dire graisse, le plus souvent de porc), le lard.

Dans la liste, je donne donc:

Le nom anglais, suivi du nom latin indiqué par Culpeper (dans de rares cas, il ne correspond pas), le nom français, et l'usage indiqué.
J'ai conservé l'ordre alphabétique du livre que j'ai consulté.

Adders' tongue (ophioglossium vulgatum) langue de serpent, ophioglosse commun: huile et baume

alkanet (anchusa tinctoria) fausse bourrache ou bluglosse officinale: pommade

agrimony (agrimonia eupatoria) aigremoine: huile et pommade

anemone (anemone nemerosa) anemone des bois: pommade

asarabaca (asarum europarum) aseret d'Europe: huile


Bay tree
(laurus nobilis) laurier : huile des baies

beans (vicia faba) fêve maraîchère: catapasme de la farine avec vin, vinaigre et huile

bed straw (ladies') (galium palustre) gaillet des marais: pommade

betony (wood) (betonica officinalis) épiaire officinale: application avec un peu de graisse

brook-lime or water pimpernel ( veronica becabungavéronique des ruisseaux: frite avec du beurre et du vinaigre

broom or broom-rape (orobanche major.) orobanche du genet : huile

briony or wild wine (bryonia) bryone: fécule de bryone" avec de la graisse

bugle (ajuga reptans) bugle rampant : pommade


Camomile
(anthemis nobilis) camomille romaine: huile

caraway (carum carvi) carvi: graines broyées et frites

celandine (the lesser) also caled pilewort (ficaria verna) ficaire fausse renoncule: huile

chickweed (alsine media) alsine: jus bouilli avec de la graisse

clary (salvia sclarea) sauge sclarée:  feuilles frites

cleavers (galium aparine) gaillet gratteron: jus bouilli avec de la graisse

coleworts (brassica oleracea): chou fleur, chou pommé? : cendres des tiges avec de la graisse

coralwort (dentaria) cardamine (ou dentaire) à bulbilles : pommade

costmary (balsamita vulgaris) herbe au coq, tanaisie balsamite : pommade

cowslips or peagles (primula veris) primevère officinale: pommade

crab's claws (semper vivum aquatica) selon mes recherches sur le net, (voir
ici) le nom latin serait en réalité stratiotes aloides, aloes ou ananas d'eau: pommade

cresses (sciatica)  (iberis sisymbrium) iberis  : cataplasme avec gaisse ou baume

cuckoo pint (arum vulgare) arum tacheté : huile et pommade


Daffodil (common)
(narcissus pseudo narcissus) jonquille : huile (des racines)

daisies (chrysanthemum leucanthemum) grande marguerite: huile, pommade

dill (anethum graveolens) aneth: graines rôties ou frites utilisées dans les huiles et les emplâtres

dittany
of Crete (origanum dictamnus) dictamne de Crête:  écrasé, mélangé avec du polypode et de la  graisse

dragon (dracontium) arisème dragon? (un léger doute pour l'identification): pommade


Elder (dwarf)
(sambucus humilis) sureau yèble : huile exprimée des graines

eringo or sea holly (eryngium maritimum) panicaut des dunes: racines écrasées et bouillies avec de la graisse


Faverel (woolly) (draba incana) drave grisâtre : pommade

fennel  ( sow or hog's) (peucedanum officinalis) peucedan officinal, fenouil de porc: avec huile et vinaigre

fern (brake or brake) (pteris aquilina) fougère aigle: racines écrasées et bouillies dans de l'huile  oude le la graisse

fern (osmond royal, or water) ( osmunda regalis) osmonde royale: pommade avec l'huile, baume

fig tree (ficus carica) figuier commun: pommade avec graisse et cendres du bois

flax
(linum usitatissimum) lin: huile

fleabane (marsh.) (senecio vulgaris) seneçon vulgaire: pommade avec graisse, poudre de mastic et d'oliban

flea-wort (erigeron viscosum) erigeron? (mal identifié, plusieurs variétés): jus mixé avec de la graisse

flixwed ou  fluxweed
(sisymbrium sophia) herbe de sainte Sophie : jus dans baume et pommade

fleur de lys (garden or blue) (iris) iris des jardins: huile


Green (winter)  (
trientalis europea) trientale d'Europe: baume avec le jus, de la graisse, de la thérebentine

gum thistle
(euphorbia helioscopia) euphorbe reveil matin:  huile et pommade


Henbane (common) (hyoscyamus niger) jusquiame noire: huile extraite des graines

honewort (corn)
(sison, segeton cryptotœnia canadensis) cryptoténie du Canada: cataplasme avec du lard

honeysuckle (lonicera caprifolium) chevrefeuille: huile (des feuilles)

horehound (marubium vulgare) marrube:
jus et huile de rose, pommade avec fuilles écrasées

hyssop (gratiola officinalis) gratiole officinale: pommade


Jessamine
( jasminum officinale) jasmin officinal: huile

John's wort (St) (hypericum perforatum) millepertuis: pommade


Karse (dittander)
(lepidium sativum) cresson alenois: feuilles ecrasées et mixées avec de la graisse

kidneywort (cotyledon umbilicus) nombril de Vénus: pommade


Lavender
(lavandula spica) lavande aspic: huile

lilly (white garden)  (lilium candidum) lys blanc: pommade

lovage (ligusticum levisticum) livèche: feuilles écrasées, frites avec de la graisse


Maidenhair (white) (
asplenium ruta  muraria) rue des murailles: bouillie dans de l'huile de camomille

mallows (common marsh.) (althœa officinalis) guimauve : cataplasme avec feuilles, farine, huile de roses; huile

marigold
(corn) ( chrisanthemum segetum … et non calendula officinalis…? )   chrysanthème des blés: (en poudre) emplâtre avec graisse, thérebentine, résine

marjoram (common wild.) (origanum vulgare) origan : huile essentielle

marjoram (sweet) (origanum majorana) marjolaine: huile, pommade, baume

melilot (trifolium melilotus) mélilot: emplâtre avec suint de mouton, cire, résine

mezereon spurge (daphne mezereum) bois-gentil: pommade

misseltoe (viscum quercus) gui: mélé à parts égales avec cire et résine

moss (ground) (lychen terrestris) lichen? : huile

mugworth (common) (artemisia vulgaris) armoise panachée: pommade

mullein (white) (verbascum lychnitis) molène à feuilles de lychnis: huile (par infusion des fleurs?)


Nep (
nepeta cataria) cataire: pommade

nettle (common)
(urtica dioica) ortie : pommade

nightshade (common) (solanum) morelle :  jus avec huile de rose


Oats
(avena sativa) avoine : frite


Parsley (common) (
petroselinum sativum) persil: feuilles frites au beurre

parsley (common stone) (sison amomum)  sison aromatique, parsley (small stone) (caucalis arvensis) parsley (smooth stone) (caucalis leptophylla) caucalis (variétés difficiles à identifier exactement): huile essentielle tirée des graines

parsnip (cow.)
(heracleum sphondylium) berce commune: graines et racines bouillies dans huile

peach tree (amigdalus persica) pécher : huile tirée des noyaux

pellitory of spain (anthemis pyrethrum) pyrèthre d'Afrique: pommade

pellitory of the wall (parietaria officinalis) pariétaire officinale: pommade

pepper guinea (capsicum frutescens) piment: avec graisse de poule

pepper (water) (polygonum hydropiper) renouée poivre d'eau: pommade

pilewort (common) (ficaria verna) faux bouton d'or: pommade

plantain (plantago major) grand plantain: pommade

poley (mountain) (teucrium polium) germandrée tomenteuse: pommade

poppy (wild) (papaver rhoeas) coquelicot: cataplasme de feuilles et des têtes avec de la graisse


Quince tree
(pyrus cydonia) coing: huile?  (bizarre dans le contexte)


Rose (hip)
(rosa canina) églantier: huile

rosemary (rosmarinus officinalis) romarin: huile  (en fait, recette d'une huile essentielle  sans alambic)

rue (garden) (ruta graveolens) rue : pommade


Savine (
sabina  j
uniperus) genevrier sabine cataplasme avec de la graisse

savory (winter)
(satureia montana) sarriette des montagnes: jus +huile de rose

scabious (lesser fied) (scabiosa columbaria) scabieuse colombaire: pommade

sciatica-wort ou sciatica-grass (card mantice) cochléaire officinale (j'ai eu beaucoup de mal à dénicher le nom français, voir
ici  par exemple): pommade

self-heal (prunella vulgaris) brunelle commune:  avec huile de rose

shepherd's purse (capsella bursa pastoris) capselle bourse à pasteur: pommade

southernwood (artemisia abrotanum) aurone mâle: pommade

sow-thistle tree (marsh) (sonchus palustrus) laiteron des marais: jus bouilli avec de l'huile d'amandes amères


Tansy (garden)
(tannacetum hortis) tanaisie commune: frite avec des œufs

thorn apple (datura stramonium) datura, stramoine: pommade

thorough leaf (beupleurum campestris) buplèvre (lequel?): pommade

thyme (common garden) thymus vulgaris thym commun : pommade

tobacco (nicotiana tabacum) tabac : pommade (et huile distillée)

trefoil (trifolium, called also honey suckle) trèfle rouge (meadow honeysuckle): pommade

tutsan (hypericum androsæmum) androsème officinale: baume, pommade


Vervain (common)
(verbena officinalis) verveine officinale:  avec du lard

violet (viola odorata) violette odorante : avec de l'huile de rose


Woad (common)
(isatis tinctoria) pastel des teinturiers: pommade

wormwood (common broad-leaved) (absyntium latifiolium vulgare) absinthe: cataplasme, plante bouillie dans du lard


Yarrow (common)
(achillea millefolium) achillée millefeuille:  pommade.


Ce sont des indications du XVII° siècle. Depuis, les connaissances ont évolué. Si l'on veut s'inspirer des recettes, il est indispensable de vérifier ce qu'on sait aujourd'hui de la toxicité des végétaux cités. Certaines plantes sont des poisons violents (le datura par exemple). Je nai pas voulu censurer ce texte, mais il ne s'agit en aucune façon d'une incitation à utiliser tout ce que je liste.


L'image “http://mamidoo.free.fr/html/gifs/objets/bureau/bureau_91.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Liens (pas grand chose à se mettre sous la dent en français… )

Biographie de Nicolas Culpeper (en anglais)
ici

Une présentation intéressante de Culpeper dans son époque  (en anglais)
ici

Une version du Complete herbal (on y accède par un index, le texte semble identique à mon édition, mais l'index est fait différemment) :
ici






Ecrire un commentaire
Voir les 15 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

Quel travail ! Merci d'en faire profiter tout le monde dans se blog si intéressant.

Bonne journée
Commentaire n°1 posté par Delphine le 17/08/2008 à 12h26
c'est une base de données, qui peut donner matière à réflexion… donc à "échanges, ce qui m'intéresse…
Réponse de venezia le 17/08/2008 à 16h16
Enorme !
J'ai parcouru ton travail..Tu m'épates.
Fascinant ce repertoire !
Avant de m'y replonger quand j'aurais plus de temps...une petite question : Toujours le même pb de la solubilité des actifs des plantes. Huile, alcool etc..
Ici, il n'est question que de plantes liposolubles en fait
Culpeper n'aborde pas de plantes solubles dans l'alcool ?

Je note l'avoine..(Codina vend une huile infusée d'avoine..mais n'a pas encore indiqué son procédé de fabrication et ses indications)
Et sur quelles sources a t il travaillé Culpeper ? Des sources écrites ou orales ?
Son travail résulte t  il de l'empirisme ?

Bon..j'arrête. mais je reviens éplucher le tout !
Vraiment fascinant Princesse.
Un régal
Commentaire n°2 posté par patte le 17/08/2008 à 15h25
Patte, comme je l'explique, c'est un choix de ma part de n'avoir slectionné que les végétaux théoriquement iposolubles, car c'est souvent avec ça  qu'on a un doute. Mais il y a des centaines de plantes répertoriées, à consommer en sirop, à l'alcool, en décoction, dans du miel, sous toutes les formes imaginables. regarde les liens que je donne et tu te feras une idée…

Les sources de Culpeper: d'abord cette fameuse pharmacopée londonienne, qui faisait plus ou moins le point sur les connaissances officielles de l'époque (regarde avec le lien que je donne), inspirée notamment, pour l'Antiquité, de Galien et de Dioscoride.  Culpeper était aussi un herboriste, sur le terrain, qui soignait… donc il y a aussi ses connaissances personnelles je suppose… plus probablement d'autres sources encore… mais il est tant cité, surtout par les anglo saxons (je n'ai pas trouvé trace d'une traduction française sur le net, ça ne veut pas dire qu'elle n'existe pas bien sûr, … ) qu'il me semble "incontournable "-je n'aime pas ce mot, mais bon… - pour toute phyto qui se revendique de la tradition…
Réponse de venezia le 17/08/2008 à 16h23
je rage d'être une telle pompe à vélo en anglais !
Mais je viens de faire quelques recherches sur notre homme, et rien que le fait qu'il Il s'est attiré les foudres des apothicaires car il affirmait que les plantes locales étaient d'aussi bonne qualité, voire meilleure, que les produits onéreux importés !!! Tiens un débat actuel ??

Toutes les plantes que tu as répertorié, elles se trouvaient sur le sol anglais ? Pas la Pyrethre d'afrique ! Il utilisait donc des plantes importées. Si cela peut te donner une idée plus précise :
 http://64.233.183.104/search?q=cache:Tmh-FvhPsYAJ:remacle.org/bloodwolf/erudits/plineancien/livre21.htm+erigeron+viscosum&hl=fr&ct=clnk&cd=2&gl=fr&lr=lang_fr
Commentaire n°3 posté par patte le 17/08/2008 à 19h45
Les plantes ont toujours voyagé (accompagnées par des voyageurs bien sûr… )Si on pense qu'avant la découverte de l'Amérique, l'Asie fonctionnait au poivre noir… et qu'il a été complètement détrôné par le piment américain (en moins d'un siècle) quand les Portugais en ont apporté … ça donne une idée de la mondialisation … dès le XVI° siècle…
Réponse de venezia le 18/08/2008 à 19h52
Si cela peut t'aider pour l'Erigeron , un travail sur les écrits de Pline l'Ancien
http://64.233.183.104/search?q=cache:Tmh-FvhPsYAJ:remacle.org/bloodwolf/erudits/plineancien/livre21.htm+erigeron+viscosum&hl=fr&ct=clnk&cd=2&gl=fr&lr=lang_fr

Pour le "dragon".. http://www.menv.gouv.qc.ca/biodiversite/especes/ariseme/ariseme.htm
Je ne sais si cela peut t'aider;...Vu tes connaissances de base !
M'enfin, juste pour te montrer combien ce travail mis en partage est un pur bonheur et que tu mérites une corbeille de mercis !

Juste une remarque : il utilisait pas mal de variété de fougères dans sa pharmacotherapie, Non ?
Commentaire n°4 posté par patte le 17/08/2008 à 19h59
 Il faut aussi lire la descrpition laissée par Culpeper pour chaque plante (ainsi que ses emplacements de prédilection) pour mieux croiser les info… et parfois, les doutes restent.
Réponse de venezia le 18/08/2008 à 19h53
Waouh !
Merci beaucoup d'avoir pris le temps de faire ce travail de recherche - passionnant !
Je vais revenir éplucher tout ça à tête plus reposée ... mais je sais déjà qu'il me faut des oeufs pour faire frire avec ma Tanasie ;o)
Commentaire n°5 posté par Pescalune le 17/08/2008 à 20h50
tu nous diras quel gout ça a (regarde quand meme à quoi ça sert les œufs frits à la tainaisie… )
Réponse de venezia le 18/08/2008 à 19h54
Je me posais la question de notre dernière conversation et de ce dont tu m'avais parlé pour savoir à quoi m'attendre sur ton blog...Et bien voilà ! ;)

Je vais m'imprimer la liste et la garder sous le coude... Voilà un bon doppant pour me relancer sur mon blog des huiles infusées...

Sinon Jeanne Rose cite quelques livres anciens, ainsi qu'une autre anglosaxonne dont le nom m'échappe (je préciserais quand j'aurais mis la main sur mon livre)... Si il y a des préparations huileuses, j'en prendrais note...
Commentaire n°6 posté par blue le 17/08/2008 à 23h22
J'espère que ce dopant sera efficace…
Réponse de venezia le 18/08/2008 à 19h55
J'ai regardé ton lien de la biblio de Yale : dans ton éditon, chaque plante décrite est elle accompagnée de son dessin ?
Si tel est le cas, c'est de la main de Culpeper ?
Tu sais, Toutes ces plantes exotiques qui témoignent des débuts de la mondialisation (dès la fin du moyen age...les croisades, les grandes découvertes;...), je trouve cela passionnnant.
Si seulement à l'époque j'avais eu l'idée de prendre cet exemple pour illustrer les théories du début de ce phénomène économique, j'aurais été plus motivée !
Commentaire n°7 posté par patte le 18/08/2008 à 22h47
Mon exemplaire possède des planches qui regroupent les dessins de plantes, mais l'impression est moyenne. Par qui ont-elles ét dessinées? je ne sais pas. Mon édition ne le dit pas, elle n'est pas annotée… et si tu fais ou as fait de l'histoire (à ce qu'il me semble… ) tu sais que faire des recherches bibliophiliques ou bibliographiques sérieuses sur internet est plus qu'hasardeux…

PS: L'étude des épices constitue un moyen aussi efficace que gourmand de travailler sur la mondialisation…
Réponse de venezia le 18/08/2008 à 23h01
hé bien ! quel travail tu as abattu !!! c'est impressionnat et passionnant !!!

je ne suis pas assez confiante dans mes connaissances (encore très faibles) en phytothérapie mais dés que je déiderai de m'y mettre je sais où aller pointer le bout de mon nez !!
merci !!!
Commentaire n°8 posté par mely le 19/08/2008 à 09h31
merci Mely, la lecture de Culpeper est sans fin…
Réponse de venezia le 21/08/2008 à 23h01
Oui Princesse, le pb des sources sur internet est au coeur de mes recherches..Y a un moment où ça bloque, surtout pour des biographies d'anglophone (pour une pas douée en langue comme moi...)
La route des épices pour travailler sur la mondialisation : certes, mais beaucoup plus abordée que l'importation des plantes médicinales en Europe ! Et c'est là le piquant de l'affaire.....

Je reviens à ton intro, quand tu nous dis qu'il faut revenir à la "tradition" des Anciens. Et ça me rappelle une émission avec un personnage que tu estimes, Fleurentin, que j'ai écouté et archivé. Fleurentin évoquait ses recherches scientifiques : partir des formules anciennes fondée sur l'empirisme pour en vérifier leur efficacité dans son labo. Et bien souvent...très souvent même, le choix la préparation traditonnelle n'est pas le fruit du hasard. C'est dans cette préparation (TM,décoction etc..) que se révèlent les potentialités des actifs naturels.
Commentaire n°9 posté par patte le 19/08/2008 à 17h19
je ne dis pas qu'il faut revenir à la tradition , je dis plutôt de débuquer d'où elle vient…
Réponse de venezia le 21/08/2008 à 23h00
L'émission à écouter avec Fleurentin, doit être celle ci :
http://terreaterre.ww7.be/ces-plantes-qui-nous-soignent.html
Un pur moment de bonheur...
En attendand de se plonger dans son livre ! (pas encore trouver d'occas;...Rrrr !)
Commentaire n°10 posté par patte le 19/08/2008 à 17h21

Promis, dernière intervention..(mais tu as visé tellement juste sur ce coup là Princesse !)
il a travaillé avec Thomas Johnson, assistant de John Gerard
The Herball or Generall Historie of Plantes. "Il s'agit en réalité d'une adaptation de l'œuvre de Dodoens. Il contient plus 1 800 gravures sur bois mais très peu sont nouvelles." (Wikipedia)
Donc, il se peut que les sources icono de notre homme soit Dodoens, qui lui même a repris le travail de Fuchs, qui lui même a repris Dioscoride etc...
J'ai découvert aussi qu'il avait été chirugien lors de la guerre civile en 1642 (bien sur, pas médecin mais simple chirurgien, statut très inférieur ..) 

cette base est la même que la tienne
Mais elle donne un  autre lien peut être plus complet : http://www.bibliomania.com/2/1/66/113/frameset.html

Bon..maintenant je me calme avec Mister Culpeper !
(Juste...dans son livre, il fait beaucoup référence à l'astrologie dans ses formules ?)

Commentaire n°11 posté par patte le 19/08/2008 à 19h33
Chaque plante est placée sous l'influence d'ue planète… il y a de quoi faire… il était vraiment astrologue…
Réponse de venezia le 21/08/2008 à 22h59
J'avais emporté en vacances une foule de documents mais je n'ai lu que le 7è tome d'Harry Potter que je lis en parallèle avec mes fils. Là il attendait sur ma table de nuit depuis des mois...

Et en dehors de toutes les critiques qu'on peut lui faire, j'adore justement ces cours de sorciers, les potions, l'école de formation, les plantes magiques, les animaux féériques... même si je regrette que Rogue, le professeur de potions magiques soit si mauvais et voué à la magie noire.

On voit bien dans ce livre que ce ne sont pas seulement les plantes qui comptent mais les "potions" c'est à dire l'assemblage, les préparations etc. qui en font la force et la puissance.

Et j'aime fabriquer des potions, tu l'auras compris.
Mais formée à  l'école française, je ne m'attarde pas trop sur les descriptions de plantes sans potions ou formules car je trouve ces livres un peu indigestes.
Je trouve par contre que les anglais aiment beaucoup les plantes pour leur poésie et sont beaucoup plus descriptifs.

Merci tout de même pour cette compilation utile qui a dû te demander bien du travail car il y a effectivement beaucoup de macérations huileuse dont on doute de l'extraction effective d'actifs.
Commentaire n°12 posté par michele le 21/08/2008 à 10h40
Ce ui est interessant chez Culpeper, c'est qu'll donne ses formules… (pas forcemment avec tous les détails, mais c'était comme ça alors, quand on regarde les recettes de cuisine de la même époque, c'est le même flou… )
Réponse de venezia le 21/08/2008 à 22h54
et bien quel travail, quel champs immense d'exploration
merci énormément d'avoir publié cette recherche

Commentaire n°13 posté par jp le 22/08/2008 à 17h07
peut être de futures macérations à la portugaise? je vais guetter les recettes avec impatience…
Réponse de venezia le 23/08/2008 à 10h05
Merci encore une fois Vénézia pour ce travail si minutieu et passionant à lire...
Une fois de plus, vous êtes une inspiration pour moi.
Bien à vous
Julie
Commentaire n°14 posté par Julie (de Belleville) le 01/09/2008 à 14h22
C'est très gentil, Julie, merci
Réponse de venezia le 02/09/2008 à 08h06
j'ai des petale de calendula qui ont maceré pendant 3 semaine,
donc bien huilé ... je les passerais bien a la poele ... mais ensuite, qu'en faire ? ...?
les mixer ? en faire un cataplasme en cas de douleur ou brulure ?
...
Commentaire n°15 posté par sandyneige le 18/10/2008 à 12h26
Sils ont macéré trois semaines, la plupart des pincipes actifs devraient être passés dans l'huile…
je ne sais si tu es s"avonnière", mais ils sont utilisés parfois en mélange dans les pates à savon
Réponse de venezia le 18/10/2008 à 23h36

Venezia blog

                     ContactL'image “http://perso.orange.fr/safran2b/Imini-gif7/colombe.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.








Calendrier

Août 2014
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             
<< < > >>

Balades

Un site qui me fait voyager:

http://www.forbidden-places.net/

 Des mélodies qui me font planer:

 http://troisptitspoints.net/

W3C

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés